Northwest Territories – Chasseur d’aurores boréales

Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, notre séjour dans les Territoires du Nord Ouest concernait avant tout les aurores boréales. Blachford Lake Lodge nous a offert la possibilité de travailler comme media specialists et donc chasseurs d’aurores. Un poste qui nous a appris énormément et nous a permis de rencontrer quelques photographes réputés.

La première aurore, exception faite si vous êtes vraiment chanceux, c’est souvent pas terrible… Un bout de trait gris dans le ciel, une trainée verte sur l’écran de l’appareil photo. Et hop ! On a vu notre first one ! Beaucoup de gens sont assez déçus. Spécialement lorsqu’ils ont dépensés des centaines voire milliers de dollars pour voir ce spectacle. Mais en général (spécialement dans les NWT) les lumières augmentent dans la nuit et vous finissez toujours par avoir le show dont vous rêviez.

Comme vous vous en doutez, les northern lights se produisent (du moins s’observent) la nuit. Donc expositions longues et trépieds sont de mise. Donc en plein hiver, par -35° / -40°, ça peut très vite tourner au fiasco si l’on n’est pas bien préparé. Nous avons du donner des cours de photographie d’aurores tous les deux jours pendant plus de deux mois et les conseils étaient toujours : équipement grand froid + patches chauffe-mains + batteries supplémentaires + réglages de l’appareil le soir avant d’aller dehors + préparer toutes ses affaires au pied du lit pour être prêt à sortir dehors à n’importe quel moment.

Les northern lights c’est aléatoire. Parfois le show dure des heures, parfois cinq minutes. Toujours dur de prévoir la durée et l’intensité. C’est pourquoi il nous aura fallu plus de 10 jours pour être 100% prêt à dégainer l’appareil photo à toute heure. Des heures passés la journée à trouver des cadrages possibles, à rassembler accessoires pour le soir, retoucher les photos, produire les films. Ce furent 70 jours à bosser à fond jours et nuits. Mais le résultat est finalement là. Nous avons énormément progressé.

Qu’il est loin le premier soir où tout le staff se ruait dehors pour observer la première northern light. Où toutes les alarmes étaient branchées pour aller checker le ciel toutes les heures. Le temps des réglages approximatifs, des trépieds qui tombaient dans la neige où encore des appareils photos qui gelaient. Nous avons appris à optimiser notre temps pour pouvoir dormir la nuit et ne sortir qu’aux moments opportuns.

Notre top 3 des aurores boréales ?

3ème – 13 janvier : Pour cette nuit là j’avais préparé quatre ou cinq jours plus tôt des feux à plusieurs endroits autour du lodge. Dans un rayon de 1h / 1h15 de marche avec différentes orientations et élévations. Les northern lights ont été particulièrement mobiles en début de soirée avec quelques pics dans les roses et violets. De belles formes d’épées (ou tubes) dansant comme des serpents.

Petit sondage de dernière minute : qui veut venir avec moi sur la montagne là-bas. C’est à une heure de marche et il doit faire -30°C ce soir. Peu de protection contre le vent mais une super vue sur le lodge et tous les lacs autours. Nous serons cinq à monter, de la neige jusqu’au dessus des genoux. Une fois au sommet, on démarre le feu qui nous attendait et c’est à nous d’attendre les aurores. Elles viendront, mais bien moins vigoureuses qu’en début de soirée.

Classées 3 quand même pour le souvenir de ce moment en nature et de la première partie de soirée.

2ème – 28 décembre : Pendant longtemps elles auront été mes plus belles aurores. Vert, rose violet, bleu dansant dans le ciel pendant presque toute la nuit. Première alerte à 18h15. Tout le monde est à l’intérieur, prêt à aller manger. Nous sommes 3 dehors à nous geler pour profiter du spectacle. Beaucoup de mouvement mais pas encore trop de lumière.

Je reste dehors plus d’une heure et rentre pour le fin du souper. Il y a Ben, ce petit garçon de 11 ans qui rêve de prendre des photos d’aurores et qui n’a pas d’appareil photo le permettant. J’avale un bol de soupe et embarque l’enfant, les parents et les 3 frères. Visite du camp et settings de mon Nikon. Ensuite je le laisse à Ben qui prendra une bonne partie des photos de la soirée.

Il est finalement près de 23h quand je finis par aller me coucher. Pas loin de 5h dehors, je suis gelé. Toc toc toc ! Grands coups dans la porte. Il est 1h du matin. Nico qui crie (en français) : Bordel sortez ! Y a des aurores de dingues.

Moi, sceptique, je glisse ma tète par la porte tel un chien qui essaie de regarder d’un œil sa gamelle sans pour autant sacrifier sa place auprès du feu. Wahow !

Je saute dans mes vêtements, attrape l’appareil photo. Switche la batterie pour ne rien rater. Et me revoilà dehors. Tout le ciel est en feu. Les lumières dansent et éclatent de tous les cotés. Je reste scotché devant le spectacle. J’en oublie même de prendre des images.

1ère – 12 février : Finalement c’est la dernière nuit qui aura été la plus folle. Et ce n’est pas la nostalgie qui parle, mais vraiment ce spectacle incroyable que nous avons pu voir. Et c’est d’ailleurs l’un des rares que nous ayons vue ensemble avec Ombeline. Tout était assez calme en début de soirée. On passait les derniers instants avec tous les copains discutant dans le lodge. Et vers 22h nous sommes rentrés dans notre tente pour finir de tout ranger. Une énorme masse verte commençait à se mouvoir. Rien de magique jusque là.

Et puis des couleurs sont venues s’ajouter. Et le spectacle a vraiment commencé. C’était comme regarder le monde à travers un kaléidoscope. Jamais en plus de 50 nuits d’aurores nous n’avions assisté à ça. Des tubes de couleurs nous aspiraient directement au cœur de ce show. Plusieurs niveaux de northern lights se rencontraient et tourbillonnaient ensemble. C’était comme assister à la création d’une galaxie. Des explosions de couleurs, des tourbillons et puis le calme pendant 5minutes. Et là à nouveau le travail recommençait, plus fort, plus lumineux.

J’ai sorti l’appareil photo pour immortaliser ce moment, mais pas longtemps. Dernier soir oblige, On a profité. Définitivement la meilleure façon de dire adieu à ce lieu magique qu’est Blachford.

1 Comment

  1. frafrouReply5 March 2019 at 9 h 12 min 

    ça devait être féérique! Les photos sont magnifiques . on n’a pas eu le show en live, mais on peu en profiter au chaud en ville….

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *