Test chaussures – Scott KINABALU

On profite de l’invitation d’Alpinstore pour faire un petit débrief de la chaussure de trail Kinabalu de chez Scott. Bon, on va pas se mentir, le trail c’est pas ma tasse de thé. Quitte à galèrera en montée, je préfère m ‘amuser à la descente. Et entre les baskets et les roues, j’ai plutôt tendance à pencher pour le vélo… Mais bon, je vais tout de même tenter de faire la présentation la plus technique possible. Ce qui est cool avec les chaussures de trail, c’est que le jargon ressemble de plus en plus à celui du ski, on devrait donc pouvoir s’en sortir.

Alors déjà sur le papier, qu’a-t-on. Un poids à peine au-dessus de 320 g, un relevé de 8 mm sur la semelle pour faciliter la foulée. 29 mm en talon et 21 en pointe, la chaussure a été conçue pour apporter un maximum de confort. L’idée de cette basket est d’apporter une solution dynamique, polyvalente et légère. Selon ce que j’ai pu en entendre, le pari est réussi.

Mais assez parlé, je les passe aux pieds.

Première sensation, c’est léger, très léger, et malgré cela, c’est vraiment confort. 42,5, elles chaussent à ma taille, et ne sont pas trop serrées. Le volume chaussant devrait convenir aux pieds moyens, ne pas non plus avoir le pied trop large, mais mes pieds de Hobbits sont rentrés dedans sans souci, soyez rassurés. Nous avons donc commencé ce test sur le bitume, le temps de quitter les Glaisins.

Sur l’asphalte, les chocs sont plutôt bien absorbés, moi qui déteste cet aspect là de la course à pieds, j’ai été plutôt agréablement surpris.

Nous voilà maintenant en forêt. Durant les 10 minutes qui nous ont conduit en forêt on a tout de même réussi à perdre notre Guitou… Il fait beau depuis seulement 2 jours, et l’on sort de plus de 2 semaines de pluies et averses régulières, le sol risque d’être encore bien glissant, au top pour tester les chaussures. Dans la boue, les racines et sur les cailloux les Kinabalu ne bronchent pas. L’accroche est au top, et la déformation de la semelle nickel, ce qui permet de poser son pied un peu n’importe où.

Après quelques centaines de mètres de D+, les sensation sont vraiment bonnes. On ne sent quasiment pas les chaussures. Ce qui m’inquiétait au début se révèle être un véritable atout. On se sent léger, on peut se lâcher sur la foulée. Le moment est venu de les tester à la descente. Boue, rochers moussus, racines glissantes, le top pour mettre à mal les performances d’une chaussure de Trail.

Je pense que c’est en descente que les Kinabalu expriment toutes leurs qualités. On peut lâcher les chevaux, car l’adhérence est tout simplement folle. On peut claquer des changements de directions, varier les appuis un peu n’importe quand, les chaussures pardonnent les erreurs. Un petit saut pour éviter une racine au dernier moment, pas de souci, les Scott font le job. J’ai vraiment été surpris par l’accroche.

Sauter d’un caillou à un autre devient un jeu d’enfant. Comme pour le vélo, la confiance est indispensable dans son matériel, et franchement, moi qui ne cours pas souvent, j’ai rapidement été mis à l’aise par les chaussures. Est-ce que l’on partirait avec au Yukon ? Non, car nous ne comptons pas courir plus que çà. En revanche, si je devais me mettre plus sérieusement au Trail, je pense que ce serait vers les Kinabalu que je me tournerai.

Si jamais vous cherchez du grip, ces chaussures valent de l’or.

Scott KINABALU.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *