Trousse de secours – le SUTURE KIT

Second kit de notre liste. Et encore un qui ne fait pas trop plaisir aux oreilles. Le kit de suture… Ce qu’il faut se dire, c’est que si l’on sort le kit de suture, c’est que le pire est passé. On a évité le trauma kit. Il y a une grosse coupure, profonde, mais pas de danger vital. On pense directement aux points de suture, mais il existe aujourd’hui plusieurs autres solutions.

Le kit colle (on a l’impression de parler de kit de ré-encollage pour les peaux de randonnée) et le kit agrafe. Nous sommes partis sur fils/aiguilles et agrafes. Pourquoi ne pas prendre la colle ? Parce que l’utilisation est limitée, en cas de suture sur une articulation ça ne tient pas… Utile pour l’arcade, mais nous avons également des steri-strips…. C’est un choix totalement personnel et subjectif, mais il nous semblait le plue pertinent.

Composition du Suture kit : 

Gants nitrile : Obligatoires dans chacun de vos kits. Les gants vous protègeront vous et la victime. On évite les échanges sanguins, on évite également de transmettre les microbes et bactéries que l’on a sous les ongles directement dans la plaie. 

Steri-strips : Quand tout va bien, les stries suffisent à effectuer la suture. Sur une entaille peu profonde, pas besoin de sortir de suite la grosse artillerie. Ces petits pansements ont une incroyable puissance de maintien, dans beaucoup de cas ils vous suffiront.

Lingettes antiseptiques : Pour nettoyer la plaie et toute la zone de travail.

Lingettes désinfectantes : Afin de stériliser les outils de travail.

Rasoir jetable : Avant de travailler sur une suture, il faudra vous assurer que la zone est saine et que vous ne risquez pas d’emprisonner des corps étrangers à l’intérieur de la blessure. Rasage obligatoire, suivi d’un coup de lingerie antiseptique.

Ciseaux : Couper le fil, les compresses, couper quoi. Ce sont des ciseaux…

Bistouri : Vous allez devoir nettoyer, couper du fil, gratter du sang coagulé, que sais-je. Le bistouri a de fortes chances de devoir être utilisé pendant votre intervention.

Pince London : La pince qui vous servira à stériliser la zone de travail. Cette pince vous servira à attraper les compresses et nettoyer la coupure.

Pince : Celles-là vous serviront à attraper les bords de votre coupure et les rapprocher afin de tenter de faire la suture la plus propre possible.

Compresses stériles : Réaliser les soins et essuyer les saignements éventuels.

Pansements américains : Me servent également de compresse et peuvent permettre de mettre la plaie à l’abri de l’air.

Rondelles occulaires : En cas de plaie proche de l’œil, permet de l’isoler et de le protéger.

Agrafeuse 35 agrafes : La fameuse agrafeuse à usage unique. C’est un outils qui vous permettra de faire des sutures plus propre qu’avec du fil. (plus propre que le fil, si vous n’êtes pas formé aux points de suture). L’utilisation est vraiment des plus simples. Il faut juste bien faire se toucher les deux bords de la coupure et venir agrafer dessus. Tous les 5 à 8 mm environ et le tour est joué.

Cathéter 18 gauge : Rassurez-vous, celui-là vous n’aurez pas à y toucher. En revanche, l’avoir avec vous pourra vous faire gagner du temps en cas de grosse galère. Vous pouvez déjà préparer le terrain pour les secours en rasant la zone de perfusion et en leur sortant le 18.

Aiguille stérile 18-21-25 Gauge : Que vous adapterez sur votre seringue, en fonction de vos besoins.

Fil à suture 5-0 : Du fil et son aiguille. On vous laisse deviner à quoi ça vous servira.

Seringue avec aiguille 1cc : Elle vous servira à nettoyer la plaie de l’intérieure. Plusieurs petites injections de part et d’autres de la zone à suturer afin de stériliser en profondeur.

Seringue à vis : Pour le nettoyage, également.

Couverture de survie : Personnellement, nous en mettons une dans chacun de nos kits. Indispensable, tout simplement. 

Comme vous pouvez le voir, nous sommes partis d’un kit commercialisé par Adventure Médical kit, dans lequel il manquait plusieurs outils comme les ciseaux et les pinces. Nous l’avons adapté à nos compétences médicales et aux situations que nous pensons pouvoir rencontrer. Une fois de plus, pas besoin de vous surcharger. N’emportez que ce dont vous êtes capable de vous servir. La solution agrafeuse est de loin la plus simple d’utilisation. En revanche elle ne marchera pas sur toutes les parties du corps. Proches des articulations et de os, vous risquez de ne pas pouvoir vous en servir convenablement.

Pour les points de suture, ne vous lancez pas à l’aveugle non plus… Je m’étais entrainé les premières fois sur du rôti, afin d’être capable de réaliser de beaux points et ne pas laisser une balafre ignoble sur mon patient. En ce qui concerne les mains, c’est souvent la bazar. Elles sont traversées de nombreuses terminaisons, et commencer à coudre à travers l’une d’elles peut amener des complications. Dans la mesure du possible il faut essayer de le faire sans anti-douleur, ni anesthésiant, afin de pouvoir arrêter de suite si l’on sent une douleur plus vive que la normale.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *