Bellecombe en Bauges – marche chargée

On profite d’une petite accalmie dans ce mois de mai chargé en orages pour faire notre première sortie avec les nouveaux sacs à dos. Le créneau sera relativement court à priori, on se dépêche donc de se préparer dés le matin.

Confection des sacs : on est pressés donc on charge avec tout ce qui nous passe entre les mains. 2 duvets, les coussins du salon, une bonne dizaine de vestes à nous deux, on tasse on tasse afin de donner une forme un peu sympa su sacs et un poids qui puisse nous permettre de nous faire un idée de la qualité du portage.

La première idée de balade qui nous vient est le Roc des Bœufs. On part en direction de Bellecombes pour rejoindre le départ de la rando, et là, noir de monde. On hésite on hésite et finalement on décide de pousser plus loin pour aller chercher un chemin reprenant une rando faite cet hiver en ski.

Le problème c’est que je ne me souviens plus du tout du départ et que nous voilà embarqués sur une route qui monte et n’en finit pas de grimper. Le goudron se détériore de plus en plus pour finalement disparaitre. C’est n’est pas du tout l’endroit que je croyais mais bon, on descend de la voiture, fixe les sacs et nous voilà partis sur un chemin montant.

On ne va pas se mentir, on est pas parti sur la randonnée de l’année. Chemin de 4×4, panorama masqué en permanence, des énormes troncs d’arbres à escalader régulièrement. Pour couronner le tout, nous finissons par croiser une vieille route désaffectée. C’en est trop, nous décidons de faire demi-tour. On ne fera ni le Roc des Bœufs, ni ce chemin-ci.

Nous voilà de retour à la voiture. Nous prenons le temps de faire quelques photos et de tester notre système de filtration sur le cours d’eau à proximité. On remet la machine en route et hop, direction ailleurs… Nous ne savons toujours pas où.

À force de s’arrêter à chaque panneau pour choisir notre direction, nous avons passé plus de temps en voiture qu’en ballade. La honte ! Entrés dans la Compote, nous bifurquons sur une petite route. Enfin quelque chose d’un peu sauvage. Un petit chemin démarre d’ici et rejoint Aillon-le-Vieux. On devrait être pas mal.

Nous reprenons les sacs sur le dos et c’est parti. Les ventres gargouillent, car avec tous ces détours, l’heure de déjeuner est passée depuis un bail déjà. C’est décidé, à la moindre petite ouverture, on s’arrête pour pique-niquer. Ce qui, fort heureusement, arrivera plus vite que prévu.

À peine le temps de manger et faire quelques photos que déjà le temps commence à se gâter. Il est temps de faire demi-tour de nouveau. On ne peut pas dire que l’on aura été bons aujourd’hui. Au moins, nous aurons eu l’opportunité de tester nos sacs à dos un peu chargés. Nous repartons avec quelques images, un beau bouquet et un bilan carbone à faire pâlir Nicolas Hulot dans ses années Ushuaïa.

Promis, la prochaine fois on fera mieux que ça.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *