Test couchage – Sea to Summit TALUS 2

Le froid refaisant son apparition après un mois d’avril à plus de 25°C, il est nécessaire de se couvrir à nouveau pour passer les nuits. L’occasion de sortir le Talus II que je n’ai pratiquement pas utilisé de l’hiver.

Le Talus II, c’est une température confort à -3°C et qui descend à -28°C en utilisation extrême. Duvet de canard et forme sarcophage avec construction en caissons pour un poids de 1kg 50g et un volume compressé en-dessous des 3,5L. Sea to Summit préconise une utilisation 3 saisons, mais il peut largement servir en cas de nuit dans un igloo ou la température est proche des 0°C. Le sac est équipé d’une footbox afin de créer une rétention d’air chaud au niveau des pieds, et d’une capuche anatomique avec double réglage et coussin de nuque. Un vrai duvet confort.

Assez parlé de la bête, il est temps de le sortir de son sac. Déjà, il est fourni avec son sac de compression, signature de Sea to Summit. Toujours aussi efficace et fonctionnel. Le duvet se gonfle étonnamment vite, lorsque l’on compare au volume compressé. Cela est dû au traitement ultra-dry down et au ratio 90% duvet / 10% plumettes, qui permettent de garder gonflant, résistance à l’humidité et donc plus de chaleur.

Voici l’heure de s’installer confortablement au fond du sac pour passer la nuit. Les zips coulissent bien et ont vraiment l’air fonctionnels ; merci à l’antisnag qui empêche le curseur de se coincer sur les tissu. L’entrée dans le duvet se fait très aisément et l’ajustement de la capuche aide grandement. Les pieds ont beaucoup de place pour vivre sans pour autant créer un trop grand volume qu’il serait difficile à garder chaud toute la nuit. Au niveau du buste je pense que plus de 95% s’y sentiront à l’aise. Les plus épais pourront se sentir un peu à l’étroit, mais c’est le cas de tous les sacs de couchage.

Le tissu intérieur est vraiment agréable. La partie interne du caisson est plus large que la partie externe, ce qui permet au garnissage de prendre plus de place autour de votre corps et d’apporter plus de chaleur. Le tissu ne fait pas trop de bruit de frottements et semble relativement solide. Je vous conseille tout de même d’ôter ses crampons avant d’aller se coucher.

La capuche à double serrage s’adapte parfaitement à la forme de ma tête et le boudin de nuque vient se loger parfaitement autour de mon cou. Un élément de confort que je vais grandement apprécier durant cette nuit qui s’annonce bien fraiche. Les cordons sont serrés, les zips remontés, je vous dis à demain pour le débrief de la nuit.

La nuit sur neige a été fraiche. Pour le bout de mon nez seulement. Car malgré les -5°C, je n’ai pas eu froid, même un peu chaud (mais je suis une cocotte-minute, donc je ne le prendrai pas en compte). Je n’ai pas eu l’impression de complètement écraser la plume, ce qui a sans doute permis de conserver pas mal de chaleur. La transpiration de la nuit a été absorbée et le tissu intérieur de sac ne semble pas humide.

Moi qui gigote pas mal, j’ai pu me retourner facilement avec tout le duvet sur moi, ce qui me semble un point de confort, mais là, chacun se fait son propre avis. Il y a ceux qui préfèrent se retourner à l’intérieur du duvet, et ceux qui ne s’étaient également jamais posé la question. Et gros point positif du matin, le duvet sèche vraiment rapidement une fois ouvert et étendu au soleil et à l’air. N’oubliez cependant pas de l’aérer de nouveau en rentrant chez vous pour en augmenter la longévité.

Pour moi on a là un super duvet à un coût milieu de gamme. Certaines marques vous feront facilement payer 100 € de plus pour le même résultat. Peu d’encombrement et un poids relativement correct. Le tissu extérieur devrait résister à de nombreuses utilisations et petits accrocs.

Si vous voyagez light, passez votre chemin, idem si vous recherchez un encombrement minimum. Si vous partez dans le grand froid il vaudra mieux s’orienter vers un modèle plus chaud, pareil si vous comptez l’utiliser en hamac. En revanche si vous comptez dormir en refuge et êtes un peu frileux, ce duvet est au top. Tout comme pour une utilisation 3 saisons à la belle étoile ou en tente.

Personnellement j’ai adoré le coté confort de ce duvet, on s’y sent comme dans une couette. Après il était un peu trop chaud pour l’utilisation que j’en ai fait. Sea to Summit, on peut y aller les yeux fermés, je vous le conseille vraiment.

Talus 2

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *