Test couchage – Sea to Summit HAMAC PRO SINGLE

Les températures remontent peu à peu ; ce qui d’un coté nous prive de toute cette neige tombée durant l’hiver, mais nous permet de nouveau d’aller bivouaquer comme bon nous semble. Et, le sol étant humide de la fonte des neiges, nous en profitons pour tester le hamac une personne Sea to Summit.

Nous avons donc un hamac de 3m de long, 150cm de large pour un poids de 360g. Une capacité de charge de 180 kg, avec un tissu nylon Ripstop, des boucles rapides Quick Connect. Le tout packé dans un sac de compression, signature de Sea to Summit.

À noter que les sangles ne sont pas fournies il ne faut donc pas les oublier lors de l’achat. Elles font 3m de long, 1,5cm de large pour un poids de 170g. Nous avons donc un pack à 700g, ce qui n’est pas des plus légers. Pour l’encombrement, nous sommes à un demi litre environ. Les sangles se rangent aisément dans le sac de compression, ce qui limite le risque de les perdre ou de partir sans.

Pour ce qui est de la mise en place, rien de plus facile. Une fois trouvé les deux bons arbres qui vous serviront de support bien entendu. Les boucles Quick Connect sont vraiment simples d’utilisation pour peu qu’on lise bien le petit pictogramme gravé dessus.

On commence toujours par fixer la sangle autour de l’arbre suivant le principe d’une tête d’alouette, puis on vient passer la sangle dans la boucle du hamac et ajuster à souhait. À partir de là tout est harnaché et prêt pour utilisation. Vous pouvez charger en poids, il ne risque pas de broncher.

Le soleil commence à se coucher, il est donc temps de s’installer confortablement pour passer la nuit. Rendez-vous demain matin pour le débrief.

Une nuit parfaite, bien qu’un peu fraîche. Les 1m50 de largeur sont vraiment un plus. On n’est pas embêté pour se mettre sur le coté ou pour s’installer dans la largeur ; on est vraiment confort. Le tissu ne fait pas de bruit lors des frottements et ne fait pas de plis.

Il y a un truc à prendre en compte avec le hamac : on ne bénéficie pas de l’isolation d’un matelas. Il y a donc une zone de froid qui se crée dans le dos, due à l’écrasement de la plume du duvet sur le fond du hamac. N’hésitez pas à ajouter 5 à 10°C de chaleur dans le choix de votre sac de couchage si vous désirez l‘utiliser en priorité avec un hamac.

Pour le reste, cette solution de couchage est pour moi un réel gain de confort (si l’on tolère bien le hamac, ce n’est pas le cas pour tout le monde) et permet une utilisation par tous les temps, même sur un sol détrempé. En revanche vous restez dépendant de la végétation autour de vous ; n’emportez pas votre hamac à plus de 2000 m d’altitude, vous risqueriez de manquer d’arbres.

Ce hamac est fait pour vous si vous aimez l’idée de vous faire balancer doucement pour vous endormir, si vous cherchez à minimiser votre encombrement et bien sûr si vous ne dormez pas exclusivement sur le ventre. Il sera par contre à éviter si vous n’avez de base pas du tout d’équilibre, si vous faites difficilement confiance à du cordage ou si vous êtes un adepte du dodo sur le ventre.

Hamac pro single

Sangles hamac

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *