Couloir W d’Areu – ski de printemps

Samedi 14 Avril 2018.

Aujourd’hui direction le couloir d’Areu.

Un réveil bien matinal après une soirée quelque peu arrosée. Autant vous dire qu’à 4h00, quand le réveil a sonné, j’étais à deux doigts de déclarer forfait. Finalement, après quelques minutes de réflexion, je me lève et file avaler un petit truc.

Le sac est prèt depuis la veille, les skis attendent au milieu du salon avec tout le reste du matériel. Je saute dans la voiture direction “chez Baptiste”. Il fait déjà bien chaud, 9°C à 5h00, ça laisse songeur… Avec les chaleurs de ces derniers jours, le manteau neigeux commence dangereusement à se décomposer.

6h15, nous attaquons la montée par… un joli chemin forestier, recouvert de feuilles et de terre. On espère vraiment que l’on va avoir le droit à un peu de neige, car l’objectif de la sortie reste le ski.

J’accompagne Baptise et Morgan pour immortaliser leur descente du couloir W d’Areu. Un bon prétexte pour passer du temps sur la neige et s’entraîner un peu avec le nouvel appareil. Il y a à peu près 1000m de dénivelé pour arriver à mon spot de photo, et il faudra rajouter 200m de couloir à remonter pour les 2 compères.

 


La montée se fait tranquillement. On serpente entre les arbres, traversant plusieurs coulées d’avalanches qui commencent à dater. J’ai eu la bonne idée de prendre une paire de peaux différentes, et, plus on monte et plus je galère à garder de l’accroche.

À force d’énervement, je décide de mettre les skis sur le sac et de finir crampons aux pieds. Ça va certes moins vite mais au moins j’arrète de pester. Nous voilà enfin arrivés au sommet, et la vue vaut vraiment le coup.

 

On ne compte même pas le nombre de coulées de neige visibles tant les températures élevées ont fait des dégâts.

Je laisse les copains partir devant et commencent à installer tout mon petit matériel. De leur coté, ils ne mettent que quelques minutes à arriver aux pieds de la tour d’Areu. Crampons et piolet(s) obligatoires pour arriver en haut en un morceau.

Nous gardons le contact par radio durant toute l’ascension. J’en profite pour mitrailler de photos.

 

Arrivés en haut, Baptiste prend le temps de faire quelques images au drone. On se donne les dernières consignes et le vrai boulot peut commencer. Morgan s’élance dans la pente à plus de 45°, le genre d’endroit où il ne vaut mieux pas s’autoriser une faute de carre.

Les virages sont sautés et la descente avalée plutôt rapidement. Il se trouve un endroit safe où faire une courte pause et permettre à Baptiste de le rejoindre.

 

 

La descente est longue et engagée. Baptiste finit par rejoindre Morgan et les deux s’élancent l’un après l’autre.

Un passage un peu technique fait chuter le premier. Ça déchausse et le ski commence à dévaler la pente, heureusement il se stoppera quelques dizaines de mètres plus bas. La sortie ski pourra continuer.

De mon coté il fait de plus en plus chaud. Les randonneurs défilent, une bonne quarantaine sont déjà passés. J’essaie les différents objectifs et continue de guider les deux skieurs à travers les possibles plaques de neige dangereuses.

Finalement nous revoilà enfin 3. Je range un peu tout mon attirail et nous nous équipons pour l’ultime descente. La température extérieure frole les 15°C. On voit un peu partout partir des avalanches. Il va falloir être prudents.

Les virages que nous faisons sont étonnament bons. On profite de ce qui reste de neige, il y a de fortes chances pour que cette sortie soit vraiment la dernière.

 

Y a pas à dire, on en gardera de supers souvenirs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *