Comet d’Arèches – Ski de printemps

Samedi 07 Avril 2018.

Et nous revoilà pour la troisième fois de la saison du coté d’Arèches Beaufort. Une petite pensée pour mon ski qui dort sans doute dehors depuis maintenant 6 semaines. Le pauvre doit être frigorifié…

La dernière fois il faisait -17°C au parking, aujourd’hui il fait déjà 12°C, sauf énorme surprise, on se dirige vers une bonne bouillie de printemps. Mais avec un temps comme celui-là, on ne va pas commencer à se plaindre. Surtout qu’aujourd’hui j’étrenne mon nouveau matériel de photo. Mes petits doigts gigotent d’impatience.

Nous voilà donc partis avec une poignée d’idées de sommet à faire. On ne fait pas les fines bouches, rien de précis en tête, on s’adaptera aux avalanches et aux expositions des différentes faces.

Les T-shirts sont de sortie, signe que l’hiver touche doucement mais surement à sa fin. On en a tout de même plus que bien profité cette année. La neige se dérobe sous nos skis et trempe nos peaux. On voit des plaques décrochées un peu de tous les cotés. Une chose est sûre, on n’ira pas chercher de grosses pentes aujourd’hui.

Accompagné de Nini, Guitou et Baptiste, nous profitons donc d’une belle journée de ski de printemps. Très peu de fréquentation. Je m’exerce à la photo pendant que Baptiste tâte du drone.

Les heures défilent et la température n’en finit plus de grimper. Nous immortalisons quelques moments et décidons de redescendre un peu plus bas pour trouver un coin sympa où casser la croûte. On enlève les peaux trempées pour passer en mode descente. Il est l’heure de sortir son plus beau ski.


La neige colle tellement que déclencher le moindre virage est un calvaire. Nous sommes bien contents de vite en venir à bout pour nous poser devant un chalet d’alpage.

Dans le respect de la tradition locale, nous sortons le Beaufort, l’Abondance et une petite tomme reblochonnée. Jambon cru, saucisson fumé venant apporter de la couleur au tableau. Heureusement que Nini prend soin de nous et a pensé à amener des crudités et un peu de salade composée.

 

Il est vraiment temps de redescendre. 14h, la neige fond à vue d’œil. Nous ne voulons pas nous exposer plus que besoin aux dangers de la montagne. 

Nous craquons les quelques virages que nous pouvons avant de repeauter et reprendre l’effort. Encore quelques centaines de mètres et nous voilà au-dessus du lac de Saint-Guérin, laissé plus tôt ce matin. Maintenant il ne nous reste plus qu’à laisser la gravité faire pour rejoindre la voiture. Encore un excellente journée dans cet endroit magique.

Je n’ai toujours pas dit mon dernier mot pour mon ski perdu. Je suis convaincu qu’il est encore dans le coin.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *