Pointe de Riondet – À la recherche du ski perdu

Mardi 27 Février 2018.

Après avoir perdu bêtement mon ski 2 jours plus tôt. Je profite d’un créneau météo de dingue et de la vague de froid pour me lancer à la recherche de ce dernier. 

Un réveil à 5h du matin et un départ de la maison à 5h30. Il fait -10°C à Annecy, vague de froid sur toute la France; ça meule. Arrivé à Albertville, la neige commence à tomber comme le poing. Meteoblue aurait menti ? Grosse réflexion sur ce que je fais. Es-ce que je poursuis et je fais confiance à la météo ? Ou bien est-ce que je bâche et je fais demi-tour; tant pis pour le ski, on remontera bien un autre jour…

Au final je décide de pousser et passe au-dessus des nuages.
Un début de randonnée à 7h. Température au parking ? -17°C !

Avec un tel froid il y a peu de monde dehors. Surtout en pleine semaine. Du coup je me régale, pas une âme qui vive à l’horizon, j’ai vraiment la place de rêve aujourd’hui.
Plus je monte et plus il fait froid. Le soleil n’arrive pas à nous faire quitter ces températures polaires. J’approche doucement des -30°C. Pour la première fois depuis très longtemps j’ai le bout du nez qui commence à geler. Passage en cagoule obligatoire avant de plus gros ennuis.

9h30, je suis tout seul en haut. Pas un seul randonneur dans le coin, quelques choucas qui m’accompagnent. Un vrai désert de neige entièrement pour moi. Le bonheur !

J’essaie tant bien que mal de me repérer par rapport à l’avant-veille. Y a pas à dire, avec une vue dégagée ça a quand même une toute autre allure. Je me fais 2/3 traversées sur les crètes pour essayer de repérer mon ski. Finalement je suis choisis une première combe et m’élance. Poudreuse au top. Une vingtaine de centimètres de fraîche. Mais sans succès.

 

Je dois remettre les peaux pour remonter chercher une seconde combe. Il y a tellement de possibilités sur ce secteur que, quoi qu’il advienne des recherches du ski, je reviendrai.

Une fois de plus je termine la combe bredouille. Le froid commence à pincer désagréablement les rares parties de ma peau non protégées. Heureusement que le soleil s’est enfin mis à bosser à fond et me procure un peu de chaleur.

Je décide finalement de rentrer pour profiter de Coline, Mounir et les enfants, venus nous rendre visite à Annecy. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le ruisseau passé 2 jours plus tôt à commencé à vraiment geler. C’est impressionnant comme le froid est capable de façonner l’environnement. Et que dire de toutes ces cascades de glace ponctuant le parcours…

Un dernier regard en arrière avant la dernière portion descendante. Il est temps de rentrer.

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *